Communiqué de Presse du 17 juin 2020

le . Affichages : 34


Le comité de suivi de la transformation de la voie professionnelle s’est tenu ce mercredi 17 juin 2020.
Le ministre a d’abord tenu à remercier l’engagement des professeurs de lycée professionnel (PLP) pendant la période inédite de confinement alors qu’on connaît les difficultés de l’enseignement à distance pour certaines disciplines nécessitant l’apprentissage de gestes professionnels.
Après avoir tiré un premier bilan de ces cinq réunions du comité de suivi et de la journée de déplacement des participants (« atelier d’immersion du comité de suivi ») dans un lycée professionnel d’Aubervilliers, il a fait des annonces :
   - développement du CAP en 3 ans dans les académies pour « une formation par la réussite du diplôme reconnu dans toutes les conventions collectives, plutôt que par l’échec du redoublement ». À ce propos, une IEN ET de Toulouse a présenté les objectifs et les moyens de les atteindre pour un CAP allant de 1 à 3 ans. La règle étant le CAP en 2 ans. Mais pour les élèves déjà diplômés, en ré-orientation en fin de seconde ou première générale, jeunes sortis prématurément de l’école, ils pourront le présenter en un an tandis que les élèves qui, dès leur positionnement en début d’année scolaire, montreraient des difficultés plus aiguës, les CAP pourraient être découpés en trois ans. Le CAP s’adapte ainsi au rythme du jeune en évitant l’échec du redoublement. C’est d’autant vrai au moment où on observe 50 % des élèves de première année CAP en décrochage depuis le 17 mars
   - sur la co-intervention en terminale bac pro, le ministre a annoncé que les heures qui y sont consacrées en classe terminale bac pro pouvaient être remplacées pour compléter le nouveau module (préparation à l’enseignement supérieur ou accès à l’emploi), le but étant de renforcer les savoirs fondamentaux (enseignements généraux dont les langues vivantes), enseigner la philosophie, développer la culture générale ou la professionnalisation (pour les jeunes qui se destinent immédiatement à l’emploi après le bac pro). Le SNETAA se félicite de cette annonce et demande au ministre à ce que le chef d’œuvre en première année de CAP puisse être remplacé par des heures de soutien, d’aide personnalisée quand les jeunes arrivant de collège sont souvent en difficulté scolaire.
Le SNETAA-FO se félicite de ces deux annonces importantes car elles correspondent aux revendications que nous cessons de porter depuis deux ans.

Lire l'intégralité du communiqué de presse du SNETAA FO (17 juin 2020)

  • 01-snetaa-1755a852ed
  • 02-ab-e3ebe0b13e
  • 03-bfc
  • 04-bo
  • 05-bp
  • 06-mgen
  • 07-fo
  • 08-fnec
  • 09-fo25-16d9b9f25b
  • 10-fo39-0773e0d2e8
  • 11-fo70-aefd3521da
  • 12-fo90-f4bb909716