POSTES AUX CONCOURS CAPLP 2019

 

À la session 2019, 1 905 postes sont offerts aux concours externe, interne et troisième concours de recrutement de professeurs de lycée professionnel (ce chiffre est identique à celui de 2018) :

● concours externe : 1 435 postes (1580 postes en 2018 / - 9%)
● troisième concours : 10 postes (10 postes en 2018) ; uniquement dans la section Mathématiques - physique chimie
● concours interne : 460 postes (315 postes en 2018 / + 46 %)

*Tableau récapitulatif de la répartition des postes offerts aux concours externe et interne.

Résolution de la Commission Exécutive Fédérale des 31 mai et 1er juin 2018

Défense des LP et des PLP
La CEF s’inscrit dans les résolutions adoptées par le Congrès confédéral, en matière de défense de formation professionnelle initiale public et laïque, pour la défense du statut des PLP : « La création et l’évolution de la formation initiale font partie des acquis du mouvement syndical.
Ainsi, de nombreux jeunes ont obtenu en lycée professionnel un diplôme national reconnu dans les conventions collectives et les statuts. Le congrès réaffirme également le rôle des EREA (Établissements Régionaux d’Enseignement Adapté) et des SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté) pour l’intégration des jeunes en grande difficulté dans le cadre d’une formation diplômante et le maintien de ces structures et de ses personnels. Pour le Congrès, tout jeune qui le souhaite doit pouvoir être scolarisé dans un lycée professionnel du CAP (niveau V) au BTS (niveau III), ce qui permettrait aux jeunes l’acquisition d’une qualification en fonction de leur demande.
Le Congrès exige, pour les personnels de la voie professionnelle, la garantie de l’accès et du maintien du statut national des fonctionnaires d’État et de leur statut spécifique, les Professeurs de Lycées Professionnels (PLP). Pour toutes ses raisons, le Congrès s’oppose au projet de loi dit «Pour la liberté de choisir son avenir professionnel».
Le Congrès refuse la mise en réseau des lycées professionnels et technologiques dans l’éducation nationale avec des CFA publics ou privés, des opérateurs privés de formation et des entreprises. Le Congrès refuse toute mise en place d’unités de formation pour apprentissage et de parcours mixtes dans les lycées professionnels qui mettrait en péril le statut de fonctionnaire d’état des professeurs de lycées professionnels. » (…)
« Le Congrès dénonce l’organisation de la mise en concurrence de la formation professionnelle scolaire et de l’apprentissage, contenue dans le projet de loi «Liberté de choisir son avenir professionnel». Cela induit un glissement progressif des lycées vers la généralisation de l’apprentissage.
Le Congrès condamne le mécanisme d’appels d’offres qui reviendrait à privatiser le système de formation et à confier l’ensemble de l’enseignement professionnel aux fédérations patronales. La précarisation des personnels de l’enseignement professionnel et de la formation professionnelle des organismes publics s’en trouverait aggravée. » (…)
La CEF approuve les positions prises par le SNETAA-FO face aux annonces du ministre qui prétend « transformer le Lycée professionnel ». Il s’agit d’agir en défense de l’enseignement professionnel et du statut des PLP :
- Refus des UFA dans les LP et de la mise en réseau des LP
- Maintien du rôle et de la place des CPC
- Maintien du diplôme intermédiaire
- Refus des suppressions des spécialités et disciplines
- Aucune suppression de postes
- Maintien des LP, EPLE spécifiques de la formation professionnelle initiale publique et laïque
- Refus de la généralisation des Campus des métiers, des Campus d’excellence
- Refus de la mixité des parcours et des publics
La CEF approuve la volonté du SNETAA-FO d’agir dans l’action commune pour défendre ces revendications.

Lire la résolution générale de la CEF

Fusion des académies : vers des Agences Régionales de l’Education ?

Le ministère vient de présenter un nouveau rapport sur l’organisation territoriale de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Il a décidé de franchir une nouvelle étape dans la régionalisation de l’école et le démantèlement des ministères en organisant le passage de 26 académies métropolitaines à seulement 13 régions académiques. Il s’agit d’accélérer le transfert des responsabilités de l’Etat au niveau de la région, pour répondre aux objectifs gouvernementaux en matière de suppressions de postes et de destruction des services publics et des statuts.
Le ministère veut aller vite:
Les recteurs de Régions doivent remettre leur projet de fusion avant la fin de cette année.
    Rentrée 2018 : transfert de toutes les compétences relatives à l’enseignement supérieur au recteur de région académique
    2019 : Fusion des académies de Dijon, Besançon, Lille, Amiens, Caen, Rouen, Aix-Marseille et Nice

Régionalisation de la gestion des personnels
«Les recteurs devront voir renforcer leurs compétences en matière de gestion de personnels avec la déconcentration au niveau académique de tous les actes de gestion (…)» Tout devrait être revu à l’aune de cette nouvelle gouvernance : l’affectation des enseignants, leur statut, le recrutement, la carte des circonscriptions, le statut des écoles et de leurs directeurs… Le rapport demande la poursuite de la fusion des CROUS et l’alignement des ESPé sur le nouveau territoire des académies.
Il préconise également un rapprochement des corps d'inspection des 1er et 2nd degrés, pour «une territorialisation efficace.» Quant à la prochaine étape, le ministère a déjà annoncé le transfert d’une partie des personnels d’orientation à la région…

Voir le communiqué FNEC 15 mai 2018

Mutations inter: un droit pour à peine 1/3 des PLP !

Les mutations des Professeurs de lycée professionnel (PLP) sont en cours au ministère.
Cette année encore, et pour la quatrième année consécutive, le droit à mutation des professeurs titulaires est laminé.
Seuls 32,5 % des PLP titulaires obtiennent une mutation. C’est donc près de 70 % des PLP à qui le ministre refuse une nouvelle fois une mutation.
Plus aucun espoir laissé aux PLP de rejoindre leurs familles, leurs intérêts personnels quand certaines académies très demandées par les PLP sont fermées à la mutation alors que les mêmes rectorats privilégient le recrutement de nouveaux contractuels pour faire face aux besoins réels, localement !

Lire le communiqué de presse SNETAA-FO du 26 février 2018

Le SNETAA-FO reçu à la DGRH

Le SNETAA-FO a rencontré en audience le Directeur général des ressources humaines du Ministère de l’Éducation nationale, Édouard Geffray, qui était accompagné de Florence Dubo,adjointe, responsable du service des personnels enseignants.

Le SNETAA-FO a mis en avant les difficultés des PLP, titulaires et contractuels, dans leur quotidien…
• les mutations quasiment bloquées : le SNETAA-FO réclame l’ouverture de capacités d’accueil;
• l’affectation en BTS trop limitée : le SNETAA-FO demande à ce que les élus de notre corps siègent en commission ;
• la situation des contractuels : le SNETAA-FO veut un plan de titularisation efficace pour ces personnels ;
• la souffrance au travail qui doit être traitée sur le terrain ;
• les formations en ESPE totalement inadaptées aux PLP : le SNETAA-FO veut que l’organisation actuelle soit revue ;
• les « secondes carrières » : le SNETAA-FO demande la possibilité pour les collègues de suivre d’autres parcours professionnels comme fonctionnaires d’État.

Lire l'intégralité du communiqué de presse "Le SNETAA reçu à la DGRH" (12 janvier 2018)

Mouvement inter académique 2018

Ouverture du serveur du 16 novembre au 5 décembre 2017 à 18 h.

Prenez rendez-vous avec nos commissaires paritaires pour l'examen de votre situation.

Retrait des ordonnances Macron contre le code du travail

La FNEC FP-FO dépose un préavis national de grève pour le 12 septembre.

La FNEC FP-FO a pris connaissance du contenu des ordonnances Macron sur le code du travail.
La FNEC FP-FO approuve la décision de la confédération FO de voter contre les ordonnances dans toutes les instances consultatives qui vont se tenir. Avec la commission exécutive confédérale FO, elle considère que «nombre d’éléments (de ces ordonnances) constituent une régression sociale et sont inacceptables».
En effet, s’appuyant sur la loi El Khomri que nous avons combattue, les ordonnances Macron cherchent aujourd’hui à aller jusqu’au bout des exigences patronales de baisse du coût du travail et de destruction des garanties collectives des salariés.

Contrats aidés : la FNEC écrit au ministre

Monsieur le Ministre,

C’est avec beaucoup d’inquiétude que nous avons appris la décision gouvernementale de réduire de façon  drastique  le  nombre  de  contrats  aidés – CUI.
Avec  notre  confédération  Force  Ouvrière,  nous demandons le maintien de tous ces contrats. 

L’austérité aggravée pour tous les fonctionnaires...

Les annonces du Premier ministre dans son discours de politique générale constituent une agression contre les fonctionnaires : rétablissement du jour de carence, gel du point d’indice, remise en cause de la grille unique de la fonction publique au profit d’une atomisation du point d’indice par versant (un pont d’indice par versant : état, territorial, hospitalier), suppression de 120 000 postes au moins, baisse de la masse salariale.
S’agissant du nombre des suppressions dans l’Éducation nationale, le ministère a indiqué que cela était encore soumis à arbitrage... ce qui est une façon de reconnaître qu’il y en aura.

 Lire la déclaration FNEC

CSE du 29 juin

Conseil supérieur

 

de l’éducation du 29 juin 2017

 

 

Déclaration de la FNEC FP-FO

 

Projet d’arrêté relatif au calendrier scolaire 2018-2019

Nous demandons le maintien d’un calendrier national unique pour les écoles, les collèges et les lycées ;
maintien de l’année scolaire sur 36 semaines, pas une de plus, conformément aux dispositions prévues dans le Code de l’Education.

Nous n’acceptons pas de pré-rentrée des enseignants avant le 1er septembre.

Nous demandons la fin de l’année scolaire avant le 1er juillet.

Nous demandons des garanties quant au fait que les deux-demies journées supplémentaires de pré-rentrée ne peuvent être opposées aux enseignants.

Certaines organisations ont défendu l’allongement de l’année scolaire, la révision des modalités des épreuves ponctuelles, terminales et anonymes des épreuves du Baccalauréat… C’est leur droit.
Pour sa part, la FNEC FP-FO estime que ce serait sous-estimer l’exaspération des personnels qui résistent à la dégradation croissante de leurs conditions de travail, et tourner le dos à leurs revendications urgentes.

 

Le projet d’arrêté du ministre a obtenu : 1 voix pour (le MEDEF), 53 contre et 8 abstentions

Lire le communiqué FNEC

 

 

 

 

La FNEC FP-FO reçue par le nouveau ministre de l’Éducation nationale

La FNEC FP-FO a été reçue, mercredi 24 mai par le nouveau ministre de l’éducation nationale,
Jean-Michel Blanquer, accompagné de son directeur de cabinet et de sa conseillère sociale.
Lors de cette première prise de contact, le ministre a indiqué vouloir se fixer pour objectif de
restaurer la confiance et d’agir avec pragmatisme, dans un ministère épuisé par les réformes.
C’est pourquoi il a indiqué qu’il n’y aura pas de Loi Blanquer.
Toutefois il a exposé ses axes de travail avec beaucoup de prudence, sa feuille de route sera
connue fin juin avec trois paliers : la rentrée 2017, la rentrée 2018 et le reste du quinquennat. Pour
autant le ministre entend agir avec cohérence, «mon équipe est prête, nous savons ce que nous
voulons. Ma porte est ouverte pour des relations directes avec les fédérations syndicales et mes
collaborateurs recevront les syndicats nationaux».

Lire la suite : La FNEC FP-FO reçue par le nouveau ministre de l’Éducation nationale

 

Promotions des PLP à la Hors-classe

Les professeurs de lycée professionnel, promouvables au tableau d'avancement à la hors classe peuvent consulter les avis formulés par les chefs d'établissement et les corps d'inspection à partir du 1er juin dans I-PROF.

La CAPA aura lieu le 16 juin prochain.

Contactez les commissaires paritaires du SNETAA-FO.

 

« Revalorisation » PPCR

Poudre aux yeux des discours & réalités du bulletin de paie
Des dizaines de milliers d’enseignants ont une paie de janvier inférieure à celle de décembre !

Nombre de personnels enseignants tant du premier que du second degré vont découvrir que leur
salaire net de janvier est inférieur à celui de décembre. Le ministère vient en effet d’annoncer
qu’une grande partie des maigres augmentations indiciaires prévues dans le cadre du PPCR est
différée en mars...

Lire le communiqué

Le tertiaire professionnel en danger !

Le SNETAA-FO appelle à la mobilisation !

Le gouvernement a décidé d'accélérer les réformes exécrables contre l’Enseignement Professionnel.
Il ne se contente pas des réformes en cours qui sont d'ailleurs très contestées ;
il multiplie les attaques à la veille du renouvellement électoral.

En savoir plus...

Signez la pétition

Mouvement interacadémique 2016 - 2017

Les opérations du mouvement interacadémique 2016 - 2017 sont en cours : la saisie des vœux devra être faite entre le 17 novembre et le 6 décembre à midi.
Le mouvement est défini par la note de service public publiée au BO Spécial n°6 du 10 novembre 2016.

REUNIONS INFO MUTATIONS SNETAA-FO: vendredi 25 novembre permanence de 10h à 16h au LP Montjoux BESANCON ou sur RDV

N'hésitez pas à apporter ou à nous envoyer vos simulations à l'aide de la brochure ci-dessus.

Marie-Jo HUGONNOT : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.     06 08 64 57 94

Nicolas DEMORTIER : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  03 84 78 40 99 - 06 08 23 88 22

Projet ministériel sur l'évaluation : retrait !

La ministre a décidé de reporter l’examen des projets de décret sur l’évaluation des personnels enseignants, d’éducation et psychologues au 5 décembre.
Initialement, c’était le CTM du 16 novembre qui devait en discuter.
Depuis plusieurs semaines, les prises de position, souvent communes, se multiplient dans les écoles, les collèges, les LP, les lycées pour exiger le retrait du projet de réforme de l’évaluation.
Les personnels ne s’y trompent pas : le projet sur l’évaluation est inacceptable !

Communiqué du 7/11/2016

Projet d'évaluation des enseignants : une seule exigence, le retrait !

Transposition du PPCR aux personnels enseignants, d’éducation et d’orientation : toujours aussi inacceptable
Retrait du projet d'évaluation !
Le vote contre s'impose !

Le ministère a transmis ses textes définitifs sur la transposition du protocole PPCR (parcours professionnels, carrières,
rémunérations) aux personnels enseignants, d’éducation et d’orientation. Les modifications par rapport au projet sont
homéopathiques : rien n'est changé sur les grilles indiciaires, les rythmes d'avancement et la classe exceptionnelle. Les
modifications sur la grille d'évaluation ne changent rien au fond.
A six mois de la fin de son mandat, le gouvernement se presse de mettre en oeuvre ce que le précédent avait voulu faire sans
le pouvoir : remise en place de l'évaluation des personnels par compétences et entretien professionnel (le décret Chatel avait
dû être abrogé par M. Peillon grâce à l’action commune des syndicats) et création d'un grade fonctionnel (GRAF) tout en
annonçant une revalorisation qui n'est qu'un trompe-l’oeil.

En savoir plus

  • 01-snetaa-1755a852ed
  • 02-ab-e3ebe0b13e
  • 03-bfc
  • 04-bo
  • 05-bp
  • 06-mgen
  • 07-fo
  • 08-fnec
  • 09-fo25-16d9b9f25b
  • 10-fo39-0773e0d2e8
  • 11-fo70-aefd3521da
  • 12-fo90-f4bb909716