FACE À FRANCE COMPÉTENCES, L'ÉDUCATION NATIONALE DOIT RÉAGIR !

Depuis le 1er janvier 2019, « France Compétences » (voir le dernier numéro de notre « AP Magazine ») est devenue la seule instance chargée de la certification. Cela veut dire que n’importe quel diplôme, certificat ou brevet, quelle que soit l’institution, publique ou non, centre de formation ou « école » auto-proclamée, devra être soumis à cette autorité pour être reconnu. Le titre sera alors classé selon une nomenclature européenne qui prévoit un niveau inférieur à notre actuel titre V (CAP), ce que le SNETAA-FO condamne.

Le SNETAA-FO s'inquiète des nouvelles prérogatives attribuées à France Compétences en matière de certification professionnelle. En effet, l’organisme se substitue aux commissions paritaires consultatives (CCP) et à la formation interprofessionnelle (FIP), seules à même de se prononcer jusqu'à maintenant sur l’ouverture, l’aménagement et la disparition des diplômes professionnels. Ensuite, France Compétences décidera aussi à la place des ministères de tutelle, y compris le nôtre, de la validité des diplômes, d’où qu’ils viennent. Enfin, et ce n’est pas la moindre des difficultés, les diplômes seront inévitablement mis en concurrence entre eux ! En effet, un organisme de formation quelconque pourra très bien décider de créer un diplôme que l’Éducation nationale ne propose pas encore, détournant un public que nos LP devraient accueillir, avec toutes les conséquences que cela suppose, notamment sur la gratuité de la scolarité, la sélection des élèves…

Le SNETAA-FO appelle de toute urgence que l’Éducation nationale à relever le défi que représente la création de formations correspondant aux fameux « métiers d’avenir » ! Elle dispose des professeurs compétents et prêts à s’engager dans cette voie : les PLP ! Il y va de la survie de la voie professionnelle initiale, publique et laïque dans nos LP. Les diplômes professionnels doivent rester dans l’École de la République !

LE SNETAA-FO CONTRE LE DISPOSITIF DE «PRÉPA-APPRENTISSAGE» !

La ministre du Travail, va lancer des sections de pré-apprentissage (« prépa-apprentissage ») dès le 1er mars, au sein de CFA couvrant une certaine partie du territoire.
Cela représente un grave danger :
    - pour nos lycées professionnels car ce dispositif concurrence directement la « 3e prépa-métiers » (ancienne « 3e prépapro ») ;
    - pour les élèves de 3e, à qui l’on fait miroiter un avenir tout tracé dans l’apprentissage alors que cette modalité de formation est contraignante, notamment en raison de l’obligation de détenir un contrat de travail pour être admis comme apprenti. De plus, l’apprentissage ne convient pas à des jeunes de cet âge et les entreprises préfèrent des apprentis plus âgés, déjà formés, donc autonomes ;
    - pour l’Éducation nationale toute entière que le ministère du Travail concurrence directement en mettant en œuvre des formations sans détenir les compétences, le savoir-faire et l’expérience des enseignants.
Avec le SNETAA-FO, demandons à la ministre du Travail de mettre fin aux sections de « prépa-apprentissage » !

Signez la pétition

LE SNETAA - FO RESTE LE PREMIER SYNDICAT DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL

LES PLP ONT RENOUVELE LEUR CONFIANCE

Les élections professionnelles dans la fonction publique sont terminées. Les électeurs ont désigné leurs représentants pour les quatre prochaines années. Les élections du 29 novembre au 6 décembre ont confirmé le SNETAA-FO dans sa position de 1er syndicat de l’enseignement professionnel. C’est vrai dans de nombreuses académies et au niveau national. Le SNETAA-FO reste le premier syndicat de l’Enseignement professionnel dans l’Académie de Besançon en recueillant près de 35 % des suffrages et 4 sièges en CAPA.

Bulletin académique n°3 du 10 décembre 2018

RÉFORME DE LA VOIE PRO : LE SNETAA-FO REÇU AU MINISTÈRE 07/09/2018

Le SNETAA-FO a été reçu en audience avec l'intersyndicale par le Directeur du cabinet du ministère.

Il s'agissait d'obtenir des informations plus précises sur la réforme de la voie professionnelle. Rien n'a toutefois été encore lâché par l'administration mais un calendrier précis des discussions, allant jusqu'à décembre, a été communiqué.

Le SNETAA-FO pose un préalable à sa participation à ces discussions : la réforme ne devra entraîner AUCUNE suppression de postes dans l'ensemble de la voie professionnelle.

Le Directeur de cabinet nous a assuré qu'étant donné l'objectif de revaloriser la voie professionnelle, qui doit mener à un plus fort recrutement d'élèves, il ne pouvait pas y avoir de baisse des effectifs en PLP.

  • 01-snetaa-1755a852ed
  • 02-ab-e3ebe0b13e
  • 03-bfc
  • 04-bo
  • 05-bp
  • 06-mgen
  • 07-fo
  • 08-fnec
  • 09-fo25-16d9b9f25b
  • 10-fo39-0773e0d2e8
  • 11-fo70-aefd3521da
  • 12-fo90-f4bb909716